QUELQUES ANECDOTES


Un curé de caractère

Au mois de septembre de l’année 1723, Mr Chenet, curé, fit assigner la veuve Sénéchal, fermière, des dîmes de M. de Villeruche, pour lui payer la dîme du vin qu’elle avait récolté dans le clos des Gribousis, appartenant aujourd’hui aux sieurs Baglan et Chénesay. M. Chenet se transporta sur le lieu, où il trouva Pierre Moreau, lors propriétaire, qui soutint avec chaleur sa cause et celle de la veuve Sénéchal, ce qui fâcha tellement M. Chenet qu’on dit qu’il lui donna quelques coups de sa canne. FHL

Une question de préséance

En l’année 1729, au mois d’avril, il y eut une petite difficulté entre MM. Les curés relativement aux processions des fêtes de Pâques. M. Chenet, curé de St Martin prétendait que sa paroisse, étant plus ancienne que celle de St Lubin, le curé de St Lubin devait venir le lundi à St Martin et lui à St Lubin le mardi. Mgr de Caumartin, évêque de Blois, ayant eu connaissance de cette difficulté par une requête que Mr Chenet lui présenta, vint faire la visite et confirma à Landes, le 29 dudit mois d’avril et il accommoda ce différend en faveur de M. Chenet. FHL


Les bons conseils d'un curé

"Le sieur Cordienne s’absenta au mois d’avril 1785 pour aller, disait-il, en Franche Comté, son pays. On envoya M. Amirault, prêtre pour desservir la cure en son absence. Voilà les leçons que le sieur Cordienne donna au dit Sieur Amirault qui était un jeune homme d’un caractère bien doux :

Le curé de St Martin est un homme on ne peut plus dangereux à voir. Voyez le une ou deux fois l’an et encore ne dites que ce que vous voulez perdre. C’est un mineur qui va toujours sous terre et donnant des coups fourrés lorsqu'il fait, en apparence, le plus de compliments. Voyez quelque uns de vos voisins du coté du midi. Je ne vous en conseille qu’un au nord : le curé de La Chapelle.

Voyez peu les paroissiens. Ne vous livrez jamais à eux, presque tous vous trahiraient. Mettez ordre à vos affaires, lisez quelquefois, promenez-vous dans votre jardin, faites-vous rare. Fac hoc et vives." ( trad. : "Fais cela et tu vivras". Luc 10, 28 )

L'auteur, contemporain des deux curés, ajoute :

"En 1786, Nicolas Cordienne, curé de Maslives près de Blois, prit possession de la dite cure sur la résignation de son frère, le 25 janvier de cette année. Il est encore actuellement curé. Il se comporte un peu mieux que son frère". FHL

Contact

mail@landes-le-gaulois.net

© 2015 Ambixo. © 2020 Pêle-Mêle. All rights reserved. HTML5-CSS3 Template by Martina Sepi