LES TOITURES

La grande majorité des toitures de nos maisons est constituée soit de tuiles, soit d'ardoises.

La tuile plate à bords droits, la plus fréquente à Landes, peut varier selon la taille, la couleur, mais aussi le mode de pose sur lattis, sur chevrons ou sur plancher, à joints croisés ou continus.

Chaque toiture a ainsi des caractéristiques qui lui sont propres d'autant que l'incidence de la cuisson sur la couleur des tuiles introduit sur la surface d'une même toiture de subtiles variations des coloris. Si on y ajoute les effets de l'humidité, des mousses et des lichens, on conçoit que nos toitures n'ont rien de monotone !

La toiture en ardoise présente un aspect plus austère et plus uniforme d'autant que l'ardoise moderne est plus régulière que l'ardoise ancienne et que la pose cloutée des ardoises n'est plus en usage de nos jours. Il n'en reste pas moins que la couleur de l'ardoise varie selon sa provenance mais est aussi changeante selon les heures du jour, la météorologie, ou l'éclairage. L'incidence sous laquelle on les regarde modifie également leur aspect et les amateurs de photos ont parfois de désagréables surprises avec l'effet de polarisation de la lumière sur les ardoises.


Outre la variété des formes selon les coupures des pans et des saillants, chaque toiture se caractérise par des particularités due aux divers éléments qui s'y rajoutent : crêtes de faîtage, lucarnes, souches de cheminées, parements, épis et girouettes. Nous en donnons quelques exemples par la suite.

Didier Chaux, aquarelle

LES LUCARNES

Les lucarnes portes

Les lucarnes portes dites lucarnes grangères ou encore gerbières permettent d'accéder au grenier directement par une échelle extérieure. La porte est située dans le prolongement de la façade et la lucarne coupe le saillant de la toiture.

Les lucarnes fenêtres

Les lucarnes faîtières sont situées en arrière du plan du mur gouttereau. Lorsqu'elles sont situées dans le prolongement de la façade, elles interviennent dans la construction des soupentes ou mansardes aménagées dans les combles.

Houteaux, lanternons, vasistas et tabatières

Ce sont essentiellement des orifices d'aération et d'éclairage des combles. Ils peuvent affecter les formes les plus variées. De nos jours, des velux de toutes tailles les remplacent, mais le modeste houteau est toujours en usage sur les toitures modernes.







Diversité des formes...

Au travers de la diversité des formes, trois types de construction sont les plus fréquentes, telles que représentées ci-dessous :



Didier Chaux, dessins

Les lucarnes munies d'un auvent permettent facilement d'installer une poulie pour élever les charges.

Dans le cas des lucarnes passantes, un support extérieur devient nécessaire. On peut encore en discerner les traces sur nombre de nos lucarnes.
A partir des formes utilitaires de base, les artisans ont développé des frontons courbes et des festons, de même qu'ils ont ouvragé les poutres. Il en ressort une grande variété de réalisations qui contribue à personnaliser chaque habitation.


Didier Chaux, Rue Barrault, aquarelle

Et des matériaux

Rue Barrault L'habillage peut être en bois, en pierre, en brique ou en hourdis. La couverture et les parois sont, le plus souvent, revêtues des mêmes éléments que ceux de la toiture. Le parement de façade est plus particulièrement mis en valeur.


QUELQUES EXEMPLES

Lucarnes à bâtière de pierres





Didier Chaux, aquarelle

De nos jours, la vocation primitive des greniers ayant changé, la lucarne porte a été souvent modifié en fenêtre ou porte-fenêtre et porte parfois un garde-corps : une précaution bien utile !


Auvents à frontons courbes


Didier Chaux, Rue de Chateaurenault, aquarelle

Didier ChauxRue des Dolmens, aquarelle


Auvents à la capucine


Didier Chaux, Rue de la Moinerie, aquarelle

Didier ChauxRue de Chateaurenault, aquarelle


Houteaux, lanterneaux et tabatières

Les houteaux les plus rustiques peuvent être constitués par une tuile creuse ou des tuiles plates et quelques briques. Le zinc est devenu d'usage courant vers la fin du XIXe siècle.


Didier Chaux, Rue de Chateaurenault, aquarelle

Quant aux tabatières, on en compte des centaines sur les toits de Landes.


Didier Chaux, aquarelles



Au hasard d'une promenade...

Didier Chaux, Rue de Chateaurenault, aquarelle

Didier Chaux, Rue de Chateaurenault, aquarelle

Didier Chaux, Rue de la Pierre levée, aquarelle



Pour passer d'une page à l'autre, survolez les vignettes cliquez-les. Il y a dix pages en tout. Nous vous souhaitons une bonne visite.


Contact

mail@landes-le-gaulois.net

© 2015 Ambixo. © 2020 - 2021 Pêle-Mêle. All rights reserved. HTML5-CSS3 Template by Martina Sepi