.jpg

LE SUFFIXE

C'est, pour répondre au voeu exprimé par le ministre du Commerce, de l'Industrie, des Postes et Télégrammes et relayé par une lettre émanant de M le Préfet du Loir et Cher que, le 12 juin 1818, au cours de la séance ordinaire du Conseil Municipal fut débattue la question de particulariser le nom de notre village.

Cette demande s'appuyait sur le fait qu'en ces années de guerre, des masses importantes de courrier militaire étaient mises en circulation et les noms identiques de cités, villages et lieux-dits ne favorisaient pas la distribution et étaient sources de confusions et de retards.

Sur les 12 conseillers municipaux de l'époque, élus en 1912, six seulement étaient réunis. Les autres étaient au front, dont le maire Léon Leloup et son adjoint Jules Régnier, tous deux mobilisés dès les premiers jours du conflit. La présidence de la séance fut assumée par Paul Robert qui fut maire délégué durant toute la durée de la guerre.

Après délibération, il fut proposé d'ajouter au nom de Landes le suffixe : le Gaulois. Les raisons invoquées figurent dans une note marginale au registre des délibérations : « En raison des souvenirs de l'époque Gauloise que rappellent plusieurs dolmens parfaitement conservés ainsi que de nombreuses haches en silex et pièces de cette époque que l'on trouve souvent sur le territoire de notre commune. » (Cf. note)



Cette proposition fut adoptée par le Conseil Général du Loir-et-Cher en date du 20 août 1918, à un détail près. En effet, le décret officiel signé le 25 décembre 1918, du Président de la République : Raymond Poincaré, stipule, dans l'article 5 :

La commune de LANDES (canton d'Herbault, arrondissement de Blois) portera à l'avenir, le nom de LANDES-le-GAULOIS. »

Résumé de l'article rédigé par A. Pilon (Bulletin communal n° 5, 1993)
Ce fut le cadeau de Noël de Raymond Poincaré à notre village, avec deux traits d'union en prime.

Dans son ouvrage, Un enfant de Landes, G. C. Bagault fait cette observation désabusée (p. 80) : Pour les Landais, cela ne changeait pas grand chose... »

Il est vrai, qu'en fait, le plus beau cadeau avait déjà été reçu le 11 novembre.

Note : Cette erreur d'attribution était générale à l'époque. Dans l'introduction à la notice de Médéric Rabouin, sur l'histoire de Landes, on peut lire :

En outre, les druides, grands prêtres de la religion des Celtes et des Gaulois, élevèrent, sur le territoire de Landes, de nombreux dolmens dont les principaux sont situés à une petite distance de la rivière, la Cisse. »



Contact

mail@landes-le-gaulois.net

© 2015 Ambixo. © 2020 - 2021 Pêle-Mêle. All rights reserved. HTML5-CSS3 Template by Martina Sepi