Concertation (3)

Il est tout à fait remarquable que 8 ONG* aient déposé « des recours très étayés au Conseil d’Etat contre l’Arrêté définissant des distances de protection pour l’épandage ridiculement faibles au regard des dangers des pesticides et le Décret organisant la mainmise de la profession agricole dans la rédaction des  Chartes censées protéger les riverains. » Cette information provient du site de l’association Générations futures, une association de défense de l'environnement agréée par le ministère de l'écologie et reconnue d'intérêt général, fondée en 1996.

Ces associations estiment que les dispositions (article 83) de la loi dite EGalim (2018) censées protéger les riverains des pesticides des chartes d’engagements s’avéraient insuffisantes. Comme suite au recours déposé par certaines ONG devant le Conseil d’État, ce dernier « dans sa décision du 26 juin 2019 a confirmé que l’arrêté encadrant l’utilisation des pesticides daté du 4 mai 2017 s’avérait insuffisant notamment pour protéger les riverains, les travailleurs et la ressource en eau des effets des pesticides, en l’abrogeant partiellement. »

Pour la suite, nous ne reproduisons pas l’article de Génération futures qui est parfaitement clair et que vous pouvez consulter à l’adresse suivante lien.

Les recours juridiques ne s’arrêtent pas là. En effet, 9 ONG « saisissent la justice en urgence pour stopper les dérogations aux distances d’épandage. »

Le chapô de l’article est ainsi libellé « Sous le prétexte que le Covid 19 empêcherait les consultations du public, le Gouvernement recule de nouveau en accordant des réductions supplémentaires pour épandre les pesticides à des distances encore plus faibles des habitations que celles pourtant insuffisamment protectrices imposées en décembre. »

Le site de la FNSEA rappelle que les principaux objectifs de la charte sont de
« favoriser le dialogue entre les habitants, les élus locaux et les agriculteurs et [de] répondre aux enjeux de santé publique liés à l’utilisation de produits phytopharmaceutiques en agriculture, particulièrement à proximité des lieux habités.


______________________________________

*Alerte des médecins sur les pesticides, Collectif des victimes des pesticides de l’ouest, Collectif  des victimes des pesticides des Hauts de France, Eau et Rivières de Bretagne, France Nature Environnement, Générations Futures, Solidaires, UFC-Que Choisir, Vigilance OGM Charentes




Formaliser l’engagement de l’ensemble des agriculteurs de la région / du département / de la filière et des acteurs locaux à recourir aux bonnes pratiques de protection des cultures et à le faire-savoir. »  lien

Si nous n’avons rien trouvé sur le site de la Confédération paysanne concernant la promotion de cette consultation c’est sans doute parce qu’en décembre dernier, « la Confédération paysanne avait déjà dénoncé […] l'inutilité de ces textes face au besoin urgent d'une politique publique qui permette aux paysans et aux paysannes de s'affranchir des pesticides. » lien

Le syndicat Coordination rurale milite contre la suppression des produits phytosanitaires et regrette que « Depuis 10 ans, les agriculteurs se [soient] vus privés de plus de 40% des produits existants (1806 autorisations de mise sur le marché en 2019 contre 3036 en 2008) et l’État, sous la pression des lobbies écologistes, souhaite en finir avec la chimie de synthèse, alors même que les solutions alternatives efficaces n’existent pas encore. »

Sans doute devrait-on demander si bon nombre des scientifiques qui se penchent sur le sujet et bons nombres de riverains informés et concernés sont assimilés à ces lobbies écologiques ?

Nous n’avons rien trouvé concernant notre sujet sur le site du syndicat des Jeunes agriculteurs qui pour sa part présente une certaine amertume dans les propos qui suivent : « De plus en plus de monde ont un avis sur l’agriculture. C’est valorisant pour nous qui avions un peu l’impression d’être oubliés il y a encore quelques années. Nous ne le sommes plus : on s’intéresse à nous, à nos produits, à leur origine. Tant mieux. Mais la situation est paradoxale : alors que nous ne cessons de monter en gamme, nous subissons des attaques régulières d’une très grande violence contre quasiment tous les modes de production, que ce soit sur les questions des pesticides, du bien-être animal ou de l’émission des gaz à effet de serre. Les attaques qui nous visent, souvent fondées sur des caricatures, nous sapent le moral. » lien

C’est bien l’intérêt de la concertation, « favoriser le dialogue entre les habitants, les élus locaux et les agriculteurs et […] répondre aux enjeux de santé publique liés à l’utilisation de produits phytopharmaceutiques en agriculture, particulièrement à proximité des lieux habités. »

P.M.

(Episode n°1)     (Episode n°2)

Contact

mail@landes-le-gaulois.net

© 2015 Ambixo. © 2020 Pêle-Mêle. All rights reserved. HTML5-CSS3 Template by Martina Sepi